Corrèze 19

Ce département est en cours de réalisation et attend les documents concernant vos temples. Merci d'avance.

Du fait de la conversion de la famille de Bouillon à la Réforme, les cités vicomtines de Turenne et d'Argentat ont compté des communautés protestantes importantes au XVIIe siècle. Par ailleurs, les jésuites ont été établis à Beaulieu dans l'optique de la conversion de la communauté réformée locale.

Histoire :

Une grande crise religieuse vient au XVIème siècle ébranler l’unité de l’Église. A la suite de Luther et de Calvin, naissent un peu partout en France des foyers de réforme théologique. En fait, les idées protestantes pénètrent vers la moitié du XVIème siècle en Limousin mais elles font peu d’adeptes.

Les Limousins sont très attachés au culte de leurs saints, vivent en bon accord avec leur clergé et les biens d’Église ne sont pas si importants pour faire l’objet de convoitises. La Réforme ne touche que les villes et les réformés ne sont majoritaires qu’à Aubusson, Rochechouart, Beaulieu, Argentat. A Limoges, ils rassemblent à peine un dixième de la population. Quelques seigneurs comme les Pierre Buffière ou les Saint Germain-Beaupré se convertissent. La Saint Barthélémy n’a aucune répercussion à Limoges grâce aux Consuls.

Cependant le Limousin est lui aussi confronté aux guerres de religion en 1569. Les troupes huguenotes battues à Jarnac se replient sur le Limousin, elles attendent l’armée du duc des Deux-Ponts pour les secourir. A La Roche-l’Abeille, elles prennent leur revanche sur l’armée royale. Le pays est alors pillé par les troupes des deux camps. Après quelques années de trêve, les hostilités reprennent de plus belle sous l’impulsion du vicomte de Turenne. Ce dernier, converti au calvinisme en profite pour braver l’autorité royale tandis qu’une partie de la noblesse se rallie à la Ligue autour du seigneur de Pompadour. La guerre s’installe en Limousin pour plus de vingt ans. Ligueurs, Huguenots, armée royale se disputent le pays. Brive, Uzerche sont saccagées par Turenne. Guéret et d’autres villes marchoises par Saint Germain-Beaupré. La ligue tente de s’emparer de Limoges en 1589. Le Château résiste mais la Cité passée aux Ligueurs est dévastée par l’armée royale, ses remparts abattus. A la fin de 1593, ces troubles et guerres incessantes provoquent la révolte des paysans « les Croquants ». Ils s’élèvent contre les seigneurs pillards de tous les partis. Cette révolte gagne Nexon, Saint Léonard, et menace Limoges.

Le calme revient peu à peu, mais surtout en 1596, Henri IV décrète une amnistie générale. La guerre civile est terminée mais le pays sort ruiné des guerres de religion.

Extrait de http://catholique-limoges.cef.fr/diocese/histoire.php


retour à la recherche des temples du XVIIe